Tô Thi Trang, la première médaille d’or du Vietnam lors des SEA Games-31

Hai Yên
Chia sẻ
(VOVWORLD) - Le 10 mai, avant l’ouverture des 31Jeux d’Asie du Sud-Est (SEA Games-31), tous les yeux étaient rivés sur le gymnase de Hoài Duc, à Hanoï, où deux champions du kourach des SEA Games, Trân Thuong et Bui Minh Quân étaient en compétition et devaient, remporter la première médaille d’or au Vietnam lors de cette 31e édition. Contre toute attente, c’est Tô Thi Trang, de la poule des moins de 48 kilos, qui l’a décrochée.
Tô Thi Trang, la première médaille d’or du Vietnam lors des SEA Games-31  - ảnh 1Tô Thi Trang (droite). Photo: Hòa Nguyên

Première participation aux SEA Games, première médaille d’or, un très beau souvenir dans la carrière de Tô Thi Trang. Dans la poule des moins de 48 kilos, cinq candidates étaient en lice. Chacune a eu quatre matchs et celle marquant le plus de points devenant la championne. Après trois victoires face à Su Khin Khin (Myanmar), Helen Aclopen (Philippines) et Vo Thi Thuy Duong (Vietnam), Tô Thi Trang a remporté la médaille d’or.  

«C’est un immense honneur! Je dois mes remerciements les plus sincères à mes entraîneurs, à mes amis, à ma famille et à tous les supporters qui m’ont soutenue. J’ai beaucoup de chance d’avoir pu m’entraîner en Ouzbékistan et au Tadjikistan avant de participer aux SEA Games. Comme j’ai absorbé beaucoup d’expériences et de nouvelles techniques, tout s’est bien passé lors des SEA Games», nous confie-t-elle.

Le parcours de Tô Thi Trang aurait été moins périlleux, si elle n’avait pas perdu le match contre la Thaïlandaise Duangdara Kumlert. 

«J’ai été vaincue assez rapidement et cette défaite m’a un peu choquée. J’ai dû me convaincre que ce n’était pas la fin du monde et que j’avais encore une chance pour gagner», dit-elle. 

Née en 1999 à Dông Anh, dans la banlieue de Hanoï, Tô Thi Trang a découvert très tôt son grand amour pour les sports. À douze ans, elle s’est mise à pratiquer le judo et s’est consacrée à ce sport pendant très longtemps avant de passer au kourach, la lutte traditionnelle des pays d’Asie centrale.           

«Lors des deux premiers matchs aux SEA Games, Trang a très bien joué. Au cours du troisième, elle a perdu sa concentration, et par conséquent, elle a perdu face à la lutteuse thaïlandaise. Mais à la dernière rencontre, Trang a repris du poil de la bête et est donc devenue la championne des moins de 48 kilos», raconte le sélectionneur de l’équipe nationale de kourach vietnamienne, Nguyên Tuân Hoc.

Tô Thi Trang, la première médaille d’or du Vietnam lors des SEA Games-31  - ảnh 2Tô Thi Trang. Photo: Minh Duc

Présent à la cérémonie de remise des médailles, Dào Dai Hai était très ému et fier de la victoire de son épouse.

«Nous avons décidé d’attendre encore quelques années pour faire des enfants. Ma femme doit en effet sacrifier beaucoup de choses en échange du sport. On vit souvent loin l’un de l’autre, car elle doit suivre beaucoup d’entraînements à l’étranger», explique-t-il.

Le parcours vers la victoire d’un sportif est évidemment parsemé de défis, dont les blessures. Tô Thi Trang a failli perdre sa carrière après une rupture des ligaments croisés. 

«C’était en 2019, ses lésions étaient très graves. Trang a du rester à l’hôpital pendant un mois. Beaucoup ont essayé de la persuader d’abandonner le sport, mais avec l’appui de ses entraîneurs, elle a décidé de continuer. Je comprends parfaitement son amour pour le kourach et je la soutiens sans condition. En août 2020, elle est revenue aux entraînements. Ensuite, elle a remporté la médaille d’argent lors du Championnat national. Suite à cette victoire, elle a été choisie dans la sélection nationale pour participer aux SEA Games-31», raconte Hai, son mari.

Avant de devenir la championne de SEA Games-31, Tô Thi Trang avait remporté la médaille de bronze lors du Championnat du kourach d’Asie 2022.

En 2016, Tô Thi Trang la judokate avait également décroché la médaille de bronze au Jeux de plage d’Asie.

Commentaires